mardi 28 mars 2017
par  Yves DANIELLOU, Gilles

 

Pas mal de monde ce matin au rendez-vous du Déluge à 9 heures, malgré un temps frisquet. Je n’avais que 3° en partant de chez moi, mais le temps était clair et la météo était optimiste pour la journée. Aussi, difficile de se vêtir en conséquence.

Nous étions donc 15 à prendre la route de Bel-Air, plus que 14 après La Belle Etoile, car Didier Bourgeois estime notre allure un peu rapide et préfère rouler seul à sa main. Quatorze, ça fait un beau paquet de cyclos sur la route, aussi la plus grande vigilance s’impose de notre côté. Et heureusement que nous arrivons dispersés au Déluge, car avec la circulation des camions, c’est plutôt la galère la montée de cette bosse. Sans compter que depuis que nous nous donnons rendez-vous à 9 heures, nous rencontrons beaucoup plus de circulation qu’auparavant. Et ce matin, il y en avait…

Participaient donc à cette sortie Alain Passemier, Michel Vincent, Laurent Fautras, Robert Germain, Gilles Caffiaux, Philippe Bonnard, Bernard Jousset, Jean-Michel Bourreau, Yves PIlorge, Serge Cottrelle, Sébastien Prodhomme, Daniel Clerc, Jean-Claude Le Métayer et moi.

Sortie sur un circuit traditionnel plutôt dépendant d’une sortie hivernale si je me réfère au kilométrage. La vallée de la Rémarde jusqu’à Saint-Cyr-sous-Dourdan s’est passée sans anicroche, et arrivés au rond-point du carrefour de cette localité avec la route qui va de Dourdan à Limours, la chaîne à Gilles a cassé alors qu’il était en tête du groupe en danseuse sur son vélo. Il a évité la chute de justesse, voire une voiture engagée à peu près en même temps que lui. Démoralisé, Gilles voulait rentrer chez lui. C’était sans compter sur l’esprit groupe qui a animé notre sortie et surtout au fait que quelques-uns d’entre nous avaient un dérive-chaîne sur eux, élément ô combien indispensable dans sa trousse à outils. Et en nous y mettant à 3, la réparation n’a pas demandé plus de temps que pour une crevaison.

A Ronqueux, nous avons fait notre pause méridienne.

Arrivés en haut du Déluge, quelle fut notre surprise de voir la route mouillée. Sur le coup nous avons pensé que c’étaient les roues des camions qui la rendaient humide et grasse, mais non, il avait plu et nous avons eu le droit à une route mouillée jusqu’à la N-20 à Montlhéry.

Que s’est-il passé dans la descente du Déluge ? Il y a eu une dispersion. Devant moi, 4 cyclos qui ont pris la direction de Montlhéry ; derrière moi, 2. Où sont passés les autres, mystère.

C’est vrai que pour moi, la distance est un peu courte. Je devrais me rendre plus tôt au rendez-vous de manière à afficher un kilométrage digne de la saison.

81 km au compteur.

Yves


Après une semaine de stand-by suite à un coup de froid attrapé sur le Longjumeau 200 km et une intervention dentaire, me voilà revenu pour la sortie club du mardi en léger retard je rattrape mes compagnons de route à Gravigny-Balisy.

Liaison déluge nous nous retrouvons à une bonne quinzaine de cyclos.

Un incident de chaîne sur mon vélo nous obligea à réparer dans la bonne ambiance, je remercie tous mes compagnons pour leurs soutiens.

Yves doit raconter tout cela dans son CR, je le lirai plus tard :)

Bonne forme pour un convalescent, maintenant reste à faire ce jeudi un 260 km avec Thierry Levesque sous le soleil à première vue. À suivre…

À bientôt pour d’autres aventures…

Gilles

 

 

Plus de chaîne sur le vélo :)
Indispensable ! Surtout en réparation d’une chaine sur le terrain 🙂

Commentaires

mardi 28 mars 2017 à 19h43 – par  Daniel Clerc

Gilles avait même des gants en latex !
Finalement, vraiment utile

mercredi 29 mars 2017 à 17h39 – par  Yves DANIELLOU

Les gants, c’est bien, en toutes occasions, mais ce qui est le plus indispensable est le dérive-chaîne en l’occurrence !

mercredi 29 mars 2017 à 18h11 – par  Gilles

L’idéal ! Surtout sur les grandes distances multi-outils, dérive chaîne, attache-rapide, patte de dérailleur, sans parler des chambres à air, éventuellement rustines, les gants sont bien surtout pour ne pas se pourrir les mains avec la chaîne.
Demain je fais un 260 km avec le Pinarello, j’aurais avec moi tout l’équipement sité plus haut 🙂

jeudi 30 mars 2017 à 17h20 – par  BrunoL

L’est trop fort le Gilles, il balance tellement de Watt dans le pédalier qu’il casse sa chaine.:-O :-O
L’anesthésiant qu’ils t’ont injecté pour ta dent doit pas être dans le tableau de l’UCI avec l’Isostar… ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.