dimanche 11 décembre 2016
par  Yves DANIELLOU, Gilles

 

Bien que le départ ait été retardé d’une demi-heure, je suis allé directement attendre le groupe 1 à l’intersection de la rue du Commandant-Barré et de la D-445. Après quelques minutes d’attente, je vois Gilles arriver seul et comme je lui pose la question de savoir où sont les autres, il me répond : « il y a du “lourd” derrière ». En fait de “lourd”, je suis salué successivement par André Cazals, Christophe Allyre, Thomas Caussé, Bruno Lampérière, Thierry Levesque, Laurent Milleret (en cuissard), Jean-Marc Millero et Marc Breschia. Pour ceux qui ont eu l’occasion de rouler avec eux, vous vous faites tout de suite une idée de ce que va être la sortie. Pourtant, ce matin, ils ont fait preuve de sagesse et d’esprit de club, toujours disposés à attendre ceux qui éprouvent quelques difficultés dans les bosses, car sur le plat le groupe était homogène.

Circuit suivi à la lettre avec comme difficulté majeure la côte de Souzy-la-Briche. Certes, il y en a eu d’autres par la suite, mais celle-là laisse des traces.

Sortie effectuée en grande partie dans un brouillard léger, et nous n’avons eu le droit au soleil qu’à partir de 11 h 30. Les routes étaient grasses et il fallait faire preuve de la plus grande prudence dans les ronds-points et les descentes. Kilométrage conforme à celui annoncé, soit 73 km.

Je voudrais quand même dire ici que s’il y a des groupes de niveaux différents, il faudrait que les éléments les plus faibles d’un groupe prennent conscience que leur présence handicape la bonne marche de ce groupe. Je sais de quoi je parle !

Yves


Je reviens sur le dernier paragraphe de Yves au sujet de la différence de niveau dans le GR1, dans son commentaire je me sens un peu visé !

Au départ de cette sortie nous devions former un GR1 bis avec Thierry Levesque, sur la route de Fleury je lui demande qu’est-ce que l’on fait ? Il m’a répondu on suit on verra bien ! Pour ma part tant que la route ne s’élève pas trop ça va, il est sur quand les bosses arrivent, de gros écarts obligent à m’attendre.

Donc la prochaine sortie club du GR1 dès le départ je ne m’intégrerais pas dans ce groupe, soit je forme un GR1 bis ou je roulerai seul.

Revenons à cette sortie ! Pierre Leyssenne m’avait envoyé un SMS en me disant qu’il déclarait forfait, route mouillées « je pense qu’il a eu raison » en plus du brouillard le temps hyper humide nous feras quitter nos lunettes et vue que je suis myope là franchement j’étais doublement dans le brouillard sans la buée tout de même.

Le parcours pour la saison est bien adapté 73 km de mairie à mairie.

Le final se fera sous le soleil, l’état du vélo à l’arrivé me fera sortir le jet, malgré que je n’aime pas ! mais là c’était indispensable.

Très bonne esprit on part ensemble on rentre ensemble.

À bientôt pour d’autres aventures…

PS : pas de photos ce matin à la pause j’ai marché dans une grosse m… occupé à nettoyer pour réenclencher sur la pédale.

Gilles

 

 

Commentaires

dimanche 11 décembre 2016 à 17h39 – par  lolo de Ris

Pas de chute, pas de crevaison, beaucoup de convivialité dans cette sortie « humide ».

Gilles, Yves, et tous les coursiers du G1 ne retardent personne…, à mon sens…, en tout cas pas moi !

On n’est pas en mode CLM par équipe ! Chacun apporte sa touche de sympathie, d’humour et participe à la bonne avancée de notre équipée !!!

C’est ça le vélo au sens noble du terme, pour partager ensemble un très bon moment les dimanches matins sur nos belles routes du 91 et 78.

S’il y en a un jour plus pressés d’arriver ou de rouler + fort, rien ne les empêche de s’échapper à plusieurs devant, pour avoir leur débauche supplémentaire d’énergie…
Ca serait dommage en FFCT de faire une sélection par l’arrière en voyant des coursiers qui ont leur place dans ce G1 intégrer un autre groupe et peut-être y prendre moins de plaisir ! o:)

dimanche 11 décembre 2016 à 18h25 – par  lolo de Ris

Coucou Yves mon ami, je ne vois pas trop de quoi tu parles, désolé…… Tu as ta place dans le G1 !


Je voudrais quand même dire ici que s’il y a des groupes de niveaux différents, il faudrait que les éléments les plus faibles d’un groupe prennent conscience que leur présence handicape la bonne marche de ce groupe. Je sais de quoi je parle ! ———————–

dimanche 11 décembre 2016 à 19h55 – par  Franck

Grasse matinée pour moi après un coucher très tardif. Mais comme j’étais sorti la veille en solo, ce n’était pas trop grave.

Pour revenir sur le débat lancé par Gilles, il faut de toutes façons toujours un moins fort dans un groupe. Et puis la remarque de Lolo est très bonne, on n’est pas non plus là pour flinguer le voisin. Le cyclisme rend humble et les costauds d’un jour auront un jour ou l’autre un coup de moins bien et seront bien contents d’être attendu.

Je n’ai jamais entendu un cyclo se plaindre des cyclos trop lents ou d’un trop long temps d’attente.

dimanche 11 décembre 2016 à 19h59 – par  Daniel Clerc

André Cazals !
Cet été, nous nous sommes croisés dans le Cantal. Son Pays !
C’est lui qui m’a reconnu. Pas moi.
J’ai, dans mes reportages, l’habitude de photographier tous les cyclistes que je rencontre.
Mais pas lui !
C’était sur la route qui relie Salers. Elle était large à cet endroit.
Il faisait chaud. J’avais roulé vite avant pour revenir au gite car Clément m’attendait…
J’avais fait un reportage détaillé sur la vallée de la Maronne et ses communes : voir le lien
Daniel

Site web : Cantal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.