mardi 10 mai 2016

 

Le Tour de l’Essonne aurait-il laissé des traces sur les organismes ? Oui, si je me réfère à la faible participation de cyclos ce matin au Déluge, quatre seulement dont deux qui l’ont réalisé, Bernard Jousset et Robert Germain, et Philippe Bonnard, qui, lui, a préféré aller montrer les couleurs de l’A.C.S. dans les départements limitrophes. Mais plus raisonnablement, je pense que ce sont plutôt les prévisions météo défavorables qui ont dissuadé bon nombre d’entre vous à sortir. Et une fois de plus, les absents ont eu tort car nous n’avons pas eu une goutte de pluie sinon une très légère bruine dans la descente du Déluge au retour. Les routes étaient sèches, légèrement humides en zone boisée. Et la température était quasi estivale au point que trois d’entre nous étaient en court, cuissard et maillot à manches courtes.

Notre sortie fut sympa et menée à une allure correcte, Philippe semblait avoir des fourmis dans les jambes. A noter une crevaison de Bernard Jousset à l’avant sur le retour à La Roncière.

80 km pour moi, environ 90 pour les Saviniens. Nous étions de retour chez nous avant midi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.