mardi 5 septembre 2017
par  Yves DANIELLOUGilles

 

Les vacances d’été sont terminées, on a pu le voir surtout au niveau de la circulation et plus particulièrement dans cette fameuse côte du Déluge, mais côté A.C.S. ce n’était pas pour autant la foule des grands jours. L’explication tient peut-être au fait que la majorité d’entre nous est en vacances toute l’année et que la rentrée n’a pas un impact particulier pour nous.

Nous étions 11 là-haut : Didier Bourgeois, Michel Vincent, Robert Germain, Yves Pilorge, Jean Lefebvre, et au tout dernier moment, nous voyons arriver le métronome, je veux parler d’André Cazals qui nous dit d’emblée qu’il na pas beaucoup roulé durant ces deux mois passés… et heureusement pour nous. Nous ont tenu compagnie, Daniel Clerc, Vincent Denizeaux, Gérard Chartier, et Alessio Marchetti (orthographe sous réserve), ces deux derniers étant susceptibles de nous rejoindre au sein du club.

Jusqu’au carrefour de Bel-Air, direction que nous avons prise en raison du vent de face qui soufflait, nous faisons quasiment cause commune. Puis deux groupes se sont constitués normalement par la suite, le premier dans lequel je me trouvais, composé d’André et moi-même pour représenter le club ; Daniel, Vincent, Gérard et Alessio.

J’avais préparé un itinéraire qui sort un peu des sentiers battus après Sainte-Mesme. Et pour y arriver, nous avons traversé Saint-Maurice-Montcouronne, Le Val-Saint-Germain, Foisnard (Le Bouc Etourdi), et Dourdan. A Sainte-Mesme, nous avons bifurqué à droite en direction de Ponthévrard, dans le but de rejoindre la route qui va sur Sonchamp. Mais peu après Ponthévrard, des signes de fatigue se faisant sentir chez Alessio, nous avons pris la direction de Saint-Arnoult et à la sortie nous avons pris à gauche en direction de Clairefontaine, puis à droite vers Bullion. Route que découvraient certains d’entre nous. A Bullion, j’aurais peut-être dû aller sur Ronqueux pour éviter les bosses sur le final. Mauvaise option de ma part, nous avons pris Longchêne avec évidemment comme difficulté la côte de Mulleron où Gérard et Alessio nous ont demandé de ne plus les attendre, visiblement ils se trouvaient de nouveau en terrain connu et préféraient rentrer à leur main.

Je disais plus haut qu’heureusement André n’était pas au mieux de sa forme, car il a payé de sa personne tout au long de la sortie où il était pratiquement toujours devant avec la régularité qui le caractérise, mais il fallait quand même le suivre. Sur le final, il avait un peu mal aux jambes, mais je peux le comprendre.

Sortie effectuée par une température agréable sous un ciel couvert, mais pas une goutte de pluie. Environ 100 km, selon le lieu de départ. Sur le coup de midi, nous devions être tous rentrés chez nous.

Yves

 

Commentaires

mardi 5 septembre 2017 à 18h35 – par  Pierre

Le 2 éme cyclo qui devrait s’inscrire à l’acs et qui a roulé avec vous ce matin s’appelle Attilio Marchiori, encore une de mes vieilles connaissances et pourvu qu’il ne retrouve pas le niveau qu’il avait dans les années 80 car il va nous en faire bavé :-P

mardi 5 septembre 2017 à 20h00 – par  Daniel Clerc

Pour répondre à Pierre sur le terme « bavé » :

Quand on fait du vélo, on n’est jamais obligé de suivre !

Le vélo, c’est un loisir !

La priorité c’est le plaisir, la qualité de vie et l’intérêt !

Donc, on est là pour s’amuser…

mardi 5 septembre 2017 à 20h04 – par  Daniel Clerc

Sinon, je suis en train de faire des actions pour préserver notre activité qui est en danger.
C’est vraiment important

http://danielclerc.fr/securite_rout…
http://danielclerc.fr/reflexions_am…

mercredi 6 septembre 2017 à 05h37 – par  Pierre

Mon cher Daniel , dans mon petit commentaire il y avait un peu d’humour ,c’était juste pour dire qu’à « son époque » Attilio était une grosse pointure.

mercredi 6 septembre 2017 à 07h39 – par  Daniel Clerc

Notre Monde est inégalitaire
A vélo, on s’en aperçoit tout le temps !
Doit on vénérer les costauds ?
Je ne crois pas
Ils ont la chance de pouvoir se faire encore plus plaisir…
Ce qu’il faut, c’est de faire les actions pour que nos sorties personnelles restent agréables
Choisir le bon groupe et ne pas hésiter à le quitter quand il ne nous correspond pas…
Notre cerveau nous pousse à rester dans un groupe car c’est la cohésion sociale qui nous prédomine
A mes yeux, Pierre, Yves, Gilles et les autres avez la « même valeur » qu’André !

mercredi 6 septembre 2017 à 08h20 – par  Daniel Clerc

Pendant que j’y suis !
La MOYENNE !
La nature humaine a l’obsession de paraître fort…

Il ne faut pas devenir esclave de la moyenne…
Surtout si elle est élevée…
Bien sûr, auprès des autres, c’est l’indice indiscutable de montrer qu’on est costaud…

Déjà, il faut relativiser…
27, 28, 29, 30 et rarement au dessus…
Alors, entre 27 et 30, c’est pas vraiment supérieur…

Ensuite, la rendre prioritaire ?
Cela a des inconvénients sur l’ensemble du groupe.
Les largués sont toujours frustrés…
Le côté agréable du sport disparaît
La convivialité souvent aussi

Pour conclure, c’est la liberté de ses actes qui doit être la priorité
Personnellement, 80% de mes activités à vélo se passent à 16 à l’heure
Et j’en suis très heureux
http://danielclerc.fr/gps_tous_les_…

mercredi 6 septembre 2017 à 11h52 – par  Gilles

Très bonne analyse de Daniel et avec toi ont est sur de tes dires vue les années vélo pratiqués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.