jeudi 14 juillet 2016

 

Petit comité ce matin à la mairie, pas mal de GR3, GR2 ?

GR1 Guillaume Leignier, Charles Darmon, Francis Pin, Thibaud Vergé, Yves Daniellou et moi.

Sur Strava Guillaume le nommera GR1.5, il est sûr que plusieurs ralentissements dû à ma faiblesse dans certains secteurs justifient l’appellation.

Les conditions météo ?

Normalement pas de pluie avant midi et non arrivé à Mennecy route détrempé jusqu’à Auvernaux légère pluie fine augmenté par les roues des vélos, ensuite on va rouler entre route sèches et humide voir ensoleillé mais avec un vent de face très usant.

La montée sur Maisse sur grande route pas vraiment cyclable voir dangereux surtout la descente ou les voitures nous frôle.

Yves nous a quitté à Chevannes.

Merci à mes coéquipiers de m’avoir à plusieurs reprises remis dans le paquet.

À bientôt pour d’autres aventures…

 

 

 

Commentaires

jeudi 14 juillet 2016 à 21h48 – par  Yves DANIELLOU

J’ai beaucoup pensé à vous sur le chemin du retour, car j’ai été copieusement arrosé d’une pluie froide qui ressemblait aux giboulées de mars. Je me suis même abrité sous un abribus au Bouchet tant ça tombait, malgré mon kway. Bravo à vous d’avoir persévéré…

jeudi 14 juillet 2016 à 22h00 – par  Thibaud

Difficile de retrouver les températures actuelles après une dizaine de jours au soleil (à Rhodes pour le boulot tout début juillet puis une semaine de vacances en Sardaigne) ! Dur retour à la réalité après deux semaines sans vélo : la fin de parcours avec vent défavorable était un peu difficile pour moi (mais quand même bien rentré après 115 kms).

Yves, tu aurais dû rester un peu plus avec nous. Nous avons trouvé des routes humides voire mouillées par endroit mais pas vraiment pris la pluie (tout au plus quelques gouttes). Nullement besoin de bâcher ni de s’abriter.

A dimanche pour un tour en vallée de Chevreuse sous le soleil.
Thibaud

jeudi 14 juillet 2016 à 22h02 – par  Gilles

Finalement nous n’avons pas eu autant de pluie, plutôt des routes détrempés, nous arrivions après les averses mais de quoi bien être trempés par les projections d’eau que nos roues evacuait, le vent était redoutable sur le retour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.