lundi 27 juin 2016

 

Autant j’avais pu critiquer cet itinéraire la première fois que nous l’avons fait, autant je l’ai apprécié ce matin. A ma décharge, la première fois, nous nous étions égarés à la sortie de Massy et l’itinéraire initial avait été tronqué par la suite. Aujourd’hui, j’ai découvert un itinéraire agréable et retrouvé des routes que nous fréquentons sur des randonnées de longue haleine, comme Versailles-Chambord, Boulogne – Châteauneuf-en Thymerais ou les 200 de Versailles.

Il y avait pas mal de monde au rendez-vous de la mairie et le groupe 1 était bien représenté avec la présence d’André Cazals, de retour d’une semaine cyclo passée dans les Alpes-de-Haute-Provence, les fers de lance Thomas Caussé et Christophe Allyre, Charles Darmon, Didier Desmoulins, Loïc et Manu que je découvre aujourd’hui, Pierre Leyssenne avec qui j’ai fait une grande partie du trajet, et Thibaud Vergé qui venait à notre rencontre sans grand espoir de nous voir et qui a donc pris nos roues à l’entrée de Massy.

Le rythme est soutenu dès le départ, mais tant que c’est plat, pas de problème, ça suit. Sortir de Bièvres est tout autre chose et dès l’amorce de cette bosse, Pierre décroche. Je l’attends, déjà pour ne pas le laisser seul, mais aussi parce que je sentais que j’allais vite me mettre dans le rouge en voulant tenter de m’accrocher. Et puis, comme nous sommes à peu près du même niveau, nous avons roulé de concert tous les deux sous la directive de Pierre car il avait programmé cet itinéraire sur son GPS sans lequel nous nous serions égarés.

Du côté de Toussus-le-Noble, nous avons été rejoints par un groupe qui nous a donné une bonne impulsion et nous avons regretté qu’ils ne prennent pas la même route que la nôtre.

Du côté de La Brosse, nous avons croisé Didier Bourgeois qui venait je pense de se taper les 17-Tournants.

Quant à nous, nous avions à monter peu de temps après la côte de Méridon, et quelle fut notre surprise de retrouver là-haut nos collègues du groupe 1 qui se restauraient après s’être regroupés.

Nous avons donc terminé la sortie en leur compagnie, encore que dans la bosse de la poubelle à Briis-sous-Forges, Pierre et moi avons de nouveau décroché, mais le regroupement s’est fait par la suite.

Cette sortie n’a fait que confirmer mes impressions, ce groupe est trop fort pour moi, mais dans la mesure où j’ai pris conscience de cela, et je ne suis pas le seul, on peut toujours partir avec lui et former ce que Gilles appelle un groupe 1 bis.

90 km au compteur, 814 m de dénivelé, 26,5 de moyenne. A 11 h 30, j’étais chez moi. Très belle sortie par une température agréable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.