Thierry Levesque,
par  Gilles

 

Une journee en enfer ardennais.

Départ de savigny le vendredi 21/04 10h00 direction Liège

(avec toute ma « tribu »)

Arrivée à Liège vers 15h30 après un repas autoroutier frugal.

Mon fils et moi sommes dans l’ambiance à peine arrivés à la halle aux foires lieu de départ et de
fin des parcours(75-158-270).Des centaines de cyclards(des) de toute nationalité(50 au total) sont
déjà là pour la remise des dossards et des plaques de cadre (8000participants)
Une atmosphère particulière baigne le site( differents stands – mavic- stand de fournisseurs de
vêtements cyclistes – stand shimano etc…. ) on est bien au cœur d’un évènement sportif majeur
dans le petit « monde du vélo ».
L’adrénaline commence à monter
Clément désireux de faire le « 160 » avec moi, je révise mes prétentions à la baisse et opte pour le
parcours médian, (au lieu des 270 prévus) la suite me donnera raison de cette sage décision.
Nous arrivons au gîte à Ramelot(30 kms de Liège) vers 17h30 une superbe bâtisse magnifiquement
rénovée par des propriétaires très sympa.Le tour des lieux effectué je me rappelle avoir aperçu une
pancarte indiquant HUY à 12 kms.Je ne peux résister à la tentation de faire une balade , histoire de
décontracter des muscles engourdis par des heures de conduite, et l’occasion est trop belle » faire
le mur ».
Le vent souffle fort, après une douzaine de bornes et une très longue descente, me voilà à l’entrée
de cette superbe localité des bords de la Meuse, au pied du « chemin des chapelles » autre nom du
mur de Huy, mais là, le « maçon »à les jambes raides
Sa réputation n’est pas usurpée, le 34/27 est au rdv , 15 % de moyenne avec des passages à 22 et
26 %.Une petite photo(prise par un coureur espagnol de la movistar)au virage de la stelle « Claudy
Criquelion » et retour à la maison par la côte descendue en arrivant 3kms à 7 % de moyenne.
Repas de pâtes au thon et coucher 22h30

Lever à 04h45 le samedi 21/04, çà y est ,NOUS Y SOMMES !!!!

Suivez le parcours 😉

Départ de Liège 06h50, nous partons avec une température de 3 degrés mais pas de pluie
Nous prenons un bon groupe(25à30 unités) le parcours des 158 et 270 kms est commun jusqu’au
km 68 lieu du premier « ravito »dans la commune de Stavelot
Dès la sortie de la ville oh !! surprise… une côte(non répertoriée sur notre road-list) de plus ou
moins 4kms.Dès le haut de celle-ci, la pluie se met à tomber et ne nous quittera pas avant le km
130,un crachin de type « breton » , glacial à souhait (la température est tombée à 1 degré- limite
pluie /neige)
Cette dernière aura raison des forces de Clément , qui, transi, les doigts gourds et touché par une
« fringale carabinée »abandonnera, la mort dans l’âme en haut de la Redoute soit au km 108, et
n’aura même plus la force de faire glisser le « zip » de son imper.
Il faut dire qu’il aura tt de même grimpé la difficile côte de « l’ancienne barrière » celle de
« bosson »1er ravito, la célèbre « haute-levée » 4kms moyenne 9 % avec 700m à 16 %, le col du
Rosier 4 kms à 6,5 % le col du maquisard 4,5kms à 6 % et d’autres « monticules » éparpillés sur le
chemin.
Après le col du maquisard, je ne le reverrai qu’après l’arrivée, il a décroché , nous sommes au km
96.
Ne le voyant plus je ralenti sur le haut du col et m’arrête quelques minutes , mais je suis victime à
mon tour des affres du froid, et des tremblements me parcourent tout le corps il faut que je reparte.
Les descentes sont pires que les bosses(je m’y réchauffe) heureusement elles sont nombreuses.
Avant de repartir je téléphone pour que l’on vienne en aide à Clément qui sera pris en charge par une
partie de la « tribu » en haut de cette fameuse

La Redoute

« Redoute »qui comme son nom l’indique est
vraiment REDOUTABLE !!! 1,9km avec des passages à 22 %.
En bas de cette dernière,je passe en 34/27 et me fraye un chemin entre ceux qui montent à pied et
d’autres qui zigzaguent me serrant à certains moments contre les barrières bordées par les
camping-cars qui attendent les « GRANDS » du lendemain .
Il est 11h40 et nous sommes au km 108.
Vont se succéder ensuite dans l’ordre , la côte de Sprimont 3e ravito , la très difficile côte de la

La Roche aux Faucons

« roche aux faucons »(la pluie s’arrête peu après le sommet de celle-ci)

Saint-Nicolas

la non moins difficile mais
plus courte côte de « st nicolas » et celle de Ans (où sera jugée l’arrivée des pros le lendemain mais
sous le soleil, qui nous aura boudé toute la journée)
Virage à droite et plongée vers Liège 13 kms et une dernière bosse plus loin .
Arrivée 14h00 (06h30 de selle)
Je suis content, même si les crampes ne m’ont plus quitté depuis la roche aux faucons en grande
raison à cause du froid .
je n’aurai pas pu boucler le grd parcours dans ces conditions climatiques
Deux regrets tt de même
1) celui de ne pas avoir pu franchir la ligne d’arrivée avec mon fils
2) celui de n’avoir pu fédérer quelques Saviniens autour de moi pour cette « cyclo mythique » car
cette expérience vaut d’être partagée ,mais je ne désespère pas pour 2018
Merci à ceux qui seront allés au bout de cet interminable résumé et à ceux qui m’ont apporté leurs
message de soutien.

AMITIES A TOUTES ET A TOUS

Thierry

 

 

Commentaires

mardi 25 avril 2017 à 08h46 – par  Yves DANIELLOU

Bravo à toi Thierry, mais crois-tu qu’après avoir lu ton compte-rendu (et évidemment que quand j’ai commencé à le lire, j’avais envie de le lire en entier), on ait envie de se lancer dans une telle galère. Faut dire quand même que vous n’avez pas été gâtés par le temps, comme si vous aviez besoin de cela, en plus des côtes aux pourcentages inimaginables. Ceci étant, je pense néanmoins que c’est une belle aventure, encore faut-il être vraiment affuté… et peut-on s’imaginer les difficultés auxquelles vous avez été confrontés !

Gilles, tu l’as échappé belle !!!

mardi 25 avril 2017 à 09h16 – par  Gilles

C’est ce que j’ai pensé en le lisant Yves,

je ne sais pas si j’aurais pu le finir ?

mardi 25 avril 2017 à 09h19 – par  Gilles

Bravo à Thierry !

Mais je me pose pleins de questions ?

À savoir si le jeu en vaut la chandelle ?

mardi 25 avril 2017 à 17h34 – par  Pierre

Un grand coup de chapeau Thierry , je suis impressionné , pour Clément aussi qui je pense a moins d’entrainement que toi . Si je m’engage dans un truc comme ça vous pouvez appeler le SAMU .

mardi 25 avril 2017 à 19h57 – par  Daniel Clerc

Je viens de regarder l’enregistrement de la course des pros !
J’ai regardé attentivement les côtes !
Quand je voyage à l’étranger, je prends toujours mon vélo avec le braquet 22/34
22 à l’avant et 34 à l’arrière !
Des braquets de VTT !
C’est cela la solution (aussi bien pour le ventoux que pour les pourcentages très importants) !

mardi 25 avril 2017 à 20h47 – par  Franck

Bravo à toi d’avoir persévérer et fini cette difficile rando.

Mais quel dommage que les conditions météo viennent gâcher en partie cette mythique sortie préparée de longue date. Cela me rappelle mon étape du tour Issoire – Saint Flour ou la fin de l’Ardéchoise cette année. Tu ne penses qu”à la prochaine descente où tu vas te geler et tu espères presque une bonne grosse côte histoire de te réchauffer. Il n’y a plus de plaisir. D’un autre côté, cela restera encore plus inoubliable.

Encore bravo !

mercredi 26 avril 2017 à 14h07 – par  Daniel Clerc

Notre mémoire est liée à nos émotions, c’est vrai !
Mais l’idée que je défends, c’est la qualité de la vie !
C’est cela la priorité pour être heureux !

Pour les sensations :

si vous voulez monter des côtes très dures : il y en a des tas dans la région parisienne !
c’est mon quotidien à VTC !

après, vouloir faire comme les champions est un autre problème…
et c’est cela qui attire le plus de monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.