Jusqu’à 11 h 15, nous aurions pu dire que les absents avaient eu tort…

Et les absents étaient nombreux, seuls étaient au rendez-vous l’inamovible Philippe Bonnard et l’ « étranger » Savinien André Gontrand, ce qui fait que nous avons constitué un trio homogène qui a quitté le Déluge peu après 9 heures, bien qu’André nous ait dit qu’il était seul à Charaintru.

Comme personne n’avait de circuit à proposer, je me suis « sacrifié » pour la bonne cause et j’ai emmené le trio sur des routes que nous connaissons évidemment tous, mais qui, prises différemment, nous donnent l’impression de découvrir un nouvel itinéraire. Circuit assez corsé malgré tout, avec pas moins de 6-7 bosses assez musclées, dont Saint-Chéron après Le Marais, la montée de Beauvais après Roinville-sous-Dourdan, la montée des tennis au Val-Saint-Germain, la montagne russe de la route de Dourdan à Limours jusqu’à la bifurcation vers Forges-les-Bains, la sortie de Forges-les-Bains vers Limours, pour terminer par la côte de Roussigny, dernière difficulté pour notre trio, car Philippe nous quitte toujours après Janvry.

Et si jusqu’à Janvry, tout s’est passé à merveille, la pluie s’y est invitée précisément là, et à l’endroit où Philippe bifurque, d’un commun accord nous avons préféré bâcher et bien nous en a pris, car ce n’est pas une simple averse qui s’est abattue sur nous, mais une violente pluie d’orage qui nous a accompagnés jusque chez nous et nous roulions par endroits sur une route transformée en torrents, qui la rendait évidemment très dangereuse, avec très peu de freins. André et moi avons opté pour un retour par le chemin le plus court et pour cela nous sommes rentrés par Montlhéry, mais nous n’en menions pas large sur cette portion de N-20 que nous étions obligés d’emprunter, la visibilité était réduite, pour nous, mais aussi pour les automobilistes certainement.

Je sais, la mémoire peut faire défaut et j’ai peut-être eu l’occasion de rouler dans de telles circonstances, mais cette sortie restera quand même gravée pour nous. Là où la route était transformée en torrents, c’est une eau tiède qui nous arrosait les jambes et risquait de nous déstabiliser. Il va de soi que le k-way ne remplissait plus son rôle et nous étions trempés jusqu’aux os. Heureusement que la température était tempérée, mais André commençait malgré tout à avoir froid sur le final.

Je pense que tout le monde est rentré chez lui pour midi. Dommage que nous ayons eu ce final, car nous avions fait une très belle sortie jusque-là.

 

Commentaires

jeudi 18 août 2016 à 17h57 – par  Gilles

Et oui Yves ! C’était prévu ce temps d’orages, c’est bien pour cela que nous avons repoussé la sortie à demain matin.

jeudi 18 août 2016 à 19h34 – par  Yves DANIELLOU

Certes, des pluies d’orage étaient annoncées en fin de matinée ou début d’après-midi, mais d’une telle violence, nous étions loin de l’imaginer.
Par contre, je n’ai pas eu besoin de nettoyer le vélo, mais la burette d’huile a été mise à contribution.

vendredi 19 août 2016 à 14h46 – par  lolo de Ris

belle sortie très bien maîtrisée sous la flotte… Le principal est de ne pas tomber, et visiblement vous vous êtes bien amusé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.