jeudi 7 septembre 2017
par  Yves DANIELLOUGilles

 

Même affluence que mardi dernier au Déluge, autrement dit nous étions onze au rendez-vous, par un temps gris et menaçant, mais on ne nous annonçait pas de pluie. La température avait quand même pris un coup de mou et à l’exception de Laurent Fautras, nous avions tous sortis nos maillots à manches longues ou les manchettes.

Etaient présents : Didier Bourgeois, Michel Vincent, Robert Germain, Laurent Fautras, André Cazals, Pierre Leyssenne, Gérard Chartier, Dominique Ramé, Daniel Clerc, Vincent Denizeaux et moi-même.

A 9 heures, nous enfourchons nos vélos, direction Janvry, sur un itinéraire que j’avais un peu cogité dans ma tête après notre sortie de mardi dernier, où certains d’entre nous avaient découvert cette liaison Saint-Arnoult – carrefour de Crussol, et j’ai voulu prendre en sens inverse cet itinéraire de mardi dernier, avec une petite variante qui nous a fait passer par Villevert. Deux groupes se sont constitués dès le départ et celui dont j’ai fait partie était composé d’André, de Laurent, Pierre, Gérard, Daniel et Vincent. Après Villevert, nous avons « perdu » Daniel. Arrivés à Saint-Arnoult, nous avons pris Sonchamp que nous n’avions pu faire mardi, et de là nous sommes partis jusqu’à Greffiers, peu avant Rambouillet, où nous avons bifurqué sur la droite pour rentrer par la forêt de Rambouillet et rejoindre la route Rambouillet-Cernay. A la pause que nous avons faite à l’entrée de la forêt, certains commençaient à regarder leur montre avec inquiétude, car le compteur avoisinait les 60 km pour quelques-uns d’entre nous et il était 10 h 30.

Nous avons traversé la forêt sur une route sèche et juste avant d’arriver sur la D-906 qui nous mène à Cernay, la pluie s’est invitée, pas bien forte, mais elle était quand même présente, et elle nous a accompagnés quasiment jusque chez nous.

La particularité de ce parcours est qu’il est quasiment plat, au grand dam d’André qui aurait souhaité un peu de bosses… C’est vrai qu’hormis l’Escargot, c’était plat, mais les faux-plats peuvent laisser des traces.

Pour les Saviniens, cette sortie doit osciller autour des 110-115 km. Et visiblement, tout le monde était satisfait, le groupe était homogène. Et évidemment, cette pluie nous oblige à nettoyer le vélo, surtout que nous sommes passés sur cette route, toujours boueuse quand il pleut, proche du Déluge.

Yves

 

 

 

Commentaires

jeudi 7 septembre 2017 à 18h49 – par  Daniel Clerc

J’ai quitté volontairement ce groupe.
C’est ce que j’ai écris mardi !

Sinon, j’ai presque fini mon reportage sur le Canal de l’Ourcq :
http://danielclerc.fr/velo_ville_vt…

jeudi 7 septembre 2017 à 19h14 – par  Yves DANIELLOU

Si j’en juge par la photo de Laurent, j’ai oublié Gérard Leconte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.