lundi 11 janvier 2016
par  Gilles

Amicale Cyclo Savigny sur Orge,

 

Discussions entrent cyclos …

Vendredi dernier à la réunion club Francis Pin a ouvert un débat de ce qu’apporte l’acquisition d’un nouveau vélo, plus moderne avec les dernières technologies, dérailleurs électrique, cadre aero-carbon, roues ultra légères etc…

Francis n’est pas convaincu et pense que certains cyclos ont un problème au cerveau ?

Franck Humblot, Philippe Bonnard, Alex Tella, d’autres cyclos et moi avons eu l’occasion d’acheter ces fameux vélos plus moderne et nous sommes convaincus qu’ils apportent un plus.

Merci de faire vos commentaires sur votre ressentis à la suite de cet article pour faire avancer le débat.

Sportivement.

Gilles.

 

Commentaires

lundi 11 janvier 2016 à 19h14 – par  Franck

Au départ, mon achat est motivé par le plaisir d’avoir une nouvelle machine. Après plusieurs mois de réflexion et d’échanges avec des vendeurs sur ma façon de faire du vélo (kilométrage annuel, mes objectifs = les 200 et une ou deux cyclosportives par an en mode rando, les endroits où je roule habituellement, ..), je décide de vraiment me faire plaisir (beau vélo visuellement en tous cas à mon gout, un réel investissement …).

L’écart est beaucoup plus flagrant que ce que j’avais imaginé. Je constate un écart moyen de 2 km/h sur mes sorties. Certes, il y a peut-être une part psychologique mais dans les faits, avec mon désormais mulet (vélo de 2008), je m’accroche avec le groupe 1 tandis que je suis dans le premier tiers du groupe avec le nouveau vélo.

Les raisons : le poids, la fluidité du groupe mais surtout la réactivité du vélo. Vous allez me prendre pour un fou mais lors de ma première sortie sur un bout de plat, je suis monté prgressivement 25, 30, 35, 40 à l’heure et j’avais l’impression que le vélo me disait par sa réaction « vas-y, j’en ai encore sous le pied ! ». Une sensation de fou qui se confirme à chaque sortie. André traduit ça par : « Franck, tu t’éclates avec ce vélo sur le plat ! »

En conclusion, un écart pour ma part évident et net entre mes deux montures.

lundi 11 janvier 2016 à 19h40 – par  Yves DANIELLOU

Moi, je serais plus proche de la position de Francis. Si l’acquisition d’un nouveau vélo pouvait être ressentie de manière bénéfique lorsque nous sommes passés des cadres acier aux cadres carbone, je pense que maintenant, avec le matériel que nous avons quasiment tous, ce sont plutôt les jambes qui contribuent à faire la différence. Personnellement, j’ai un vélo en carbone qui date de 2005 et je ne sais pas si un vélo dernière génération m’apporterait un plus… mais un plus par rapport à quoi… Un jour on est bien, un autre jour on l’est moins, et c’est dans les jambes et la tête que ça se passe quelle que soit la mécanique utilisée.

lundi 11 janvier 2016 à 21h37 – par  Guillaume L

Ce qui différencie le nouveau matos de l’ancien c’est l’aérodynamisme !!!

En effet, ce n’est clairement pas le gain de poids ( 1kg) qui change quelque chose surtout en IdF !! (Pour une montée d’environ 30 mins à 6%, 1kg en moins fait gagner environ 30s chez les pros.. Alors pour voir une différence dans l’Escargot… PTDR)
Avec une monture plus aéro on peut « théoriquement » économiser jusqu’à 20watts..

Pneus : 23 vs 25mm
La résistance au roulement est de l’ordre de 3% dans une pente à 8% pour un bonhomme de 65kg et passe à 11% pour plus de 50km/h… La solution n’est donc pas du côté des pneus ! (nb : Tony Martin équipe ses roues carbones avec des PNEUS 25mm pour le CLM..)

Le cadre aéro ou pas ?
Là encore le gain est encore minimal..
« Sur le parcours vélo de 42.6kms parcouru à plus de 45km/h de moyenne, ce coureur ne concède que 2mn sur le vainqueur de la partie vélo… Un vélo qui rappelle plus les vélos des pros à la mode dans les années 90. Roues à 3 bâtons, cadre droit et non profilé, cintre triathlète vintage et un groupe Shimano des années 90. »

Cela ne vient pas non plus du groupe…Même si une chaine de bonne facture et une bonne gestion des vitesses (alignement de la chaine, bras de levier) peut faire économiser jusqu’à 3 watts ! Non le plus important reste la position sur le vélo (jusqu’à 100w d’économisé) !!
Les vêtements dans tout ça ?
Les nouvelles matières bien moulantes, les sur-chaussures, le casque peuvent faire gagner jusqu’à 40w…

Quid des roues : Légèreté vs Aéro
Vu qu’un kilo ne fait perdre que « 30s » sur une ascension de 30mins à 6% ce ne sont pas 500grs qui vont faire une grande différence. Du coup dans les côtes, il n’y a rien à faire, c’est au bonhomme de faire la diff !
Par contre sur le plat, c’est une autre histoire ! A partir de 30km/h, 80% de la puissance développée est utilisée pour lutter contre les frottements de l’air. Ainsi, des roues aéro peuvent apportées entre 1.5km/h – 3km/h supplémentaires selon leur profils (On retrouve ici les sensations que décrit Franck !). En IdF, on peut monter jusqu’à 50mm vu les bosses..

En bref, le gain de puissance théorique remarqué avec une nouvelle monture tient donc plus de l’aéro que du poids.. Il ne fait pas non plus oublier le confort et l’aspect psychologique qu’apporte un nouvel équipement car c’est à mon avis le plus important/influent sur la perf physique !

« Bien dans sa tête, bien dans son corps »

lundi 11 janvier 2016 à 22h45 – par  Francis

Tout d’abord rendons à César ce qui lui appartient : je n’ai jamais lancé de débat sur les conséquences physiques d’un changement de matériel !
Je n’est développé qu’une idée : le fait de suivre facilement ou pas avec un vélo ou un autre est essentiellement psychologique. Guillaume nous en a fait une démonstration factuelle.
Tout se passe dans le cerveau et il est fondamental de le maitriser dès maintenant ! Sans quoi que se passera t-il quand Franck aura une baisse de forme ? Un nouveau changement de vélo ou un travail sur lui-même pour se remettre en question ?

mardi 12 janvier 2016 à 08h34 – par  Gilles

Donc quand on voit la synthèse de Guillaume toutes les études faites sur le matériel apporte quand même quelques améliorations, je ne pense pas ? si on faisait rouler Froome sur un vélo de Merckx des année 1970 soit aussi performant ?

Pour ma part j’ai commencé sur un vélo Go-Sport alu, je suis passé sur Isaac Pascal-Carbon une net différence même Rémi à l’époque m’a dit quel changement par rapport à l’autre vélo, ces derniers temps j’ai acheté un Pinarello, il est vrai que je n’ai pas vue une réelle différence par rapport à l’ancien changement, peut être sur le plat ça envoie plus.

Conclusion je dois avoir un sacré problème au cerveau car même avec du nouveau matériel je suis de moins en moins performant.

J’aimerais avoir l’avis de Daniel Clerc qui est performant sur ce genre d’étude.

mardi 12 janvier 2016 à 09h49 – par  Daniel Clerc

Vos interventions sont très intéressantes

Il y a deux aspects : le matériel et l’humain

Le matériel, c’est relativement simple
L’humain, c’est beaucoup plus compliqué !

Le matériel :
Dans les sorties ACS, on constate que les plus « costauds » ont souvent le matériel le plus efficace.
Les autres ont donc toujours un handicap, qui augmente considérablement avec la vitesse.
L’humain :
Psychologie, motivation, entrainement et tout ce qui fait la nature humaine : très très compliqué !

Daniel

mardi 12 janvier 2016 à 10h38 – par  Christophe

on s’éloigne peut etre un peu du débat mais l’article est interessant , bonne lecture :

Site web : Performance velo

mardi 12 janvier 2016 à 12h06 – par  Daniel Clerc

Egalement dans Science & Vie – Octobre 2015
ON PENSE TOUS QUANTIQUE !
Dans l’article il est écrit :

  • nos états d’esprit se superposent
  • nos jugements interfèrent
  • nos pensées peuvent s’intriquer
  • nos perceptions oscillent quantiquement
    Des expériences sont là pour le montrer.
    Il va falloir en tenir compte pour comprendre le fonctionnement de l’esprit humain !

mardi 12 janvier 2016 à 17h26 – par  Gilles

Merci Daniel pour tes interventions très intéressantes, pour les autres aussi leurs ressentis est constructifs, en espérant que le débat va continuer avec encore quelques intervenants :)

mardi 12 janvier 2016 à 18h22 – par  Daniel Clerc

Par rapport à mon matériel :

J’ai donc un Look (année 2000) que je viens de rénover (8.5 kg) avec des roues mavic Ksyrium elite S (1570 g)

J’ai un Canyon de 7 kg avec des roues mavic SLR (1400 g)

A 30 à l’heure, on sent la différence

J’ai l’intention de mettre les roues SLR sur le look pour voir

Avec le groupe 1, même l’hiver, il faut utiliser le matériel le plus léger

Mais tout est relatif :

un cycliste très fort pourrai se permettre de rouler avec du matériel médiocre !

Il est logique que les membres du groupe 1,5, qui utilisent des vélos d’hiver mais pas seulement, forment un groupe à part

Ce qui compte, c’est de prendre du plaisir à ce qu’on fait

mardi 12 janvier 2016 à 18h25 – par  Daniel Clerc

C’est une des raison pour laquelle je suis passé en 11 vitesses sur le Look

L’interchangeabilité dans le matériel

mardi 12 janvier 2016 à 19h01 – par  Daniel Clerc

En ne parlant que du poids, j’ai bien conscience que ce n’est qu’un critère !

le poids c’est très facilement chiffrable et mémorisable

Les autres intervenants ont parlé des autres caractéristiques importantes

les gains de l’aérodynamisme, c’est plus difficile à quantifier et à mémoriser

 

jeudi 14 janvier 2016 à 16h13 – par  Daniel Clerc

Et si on parlait du bonhomme cycliste !

Et là, dans nos groupes, il y a de grandes différences

beaucoup plus que chez les pros !!!

Des kilos en trop, difficiles à supprimer

L’égalité n’existe nul part ! Il faut s’en accommoder

Dans nos sorties, l’attendre est donc primordiale

Daniel

jeudi 14 janvier 2016 à 17h33 – par  Gilles

Une vrai différence dans les groupes, dans le GR1 un peut moins sur le plat, la différence se fait aux niveaux des bosses.

jeudi 14 janvier 2016 à 19h06 – par  Franck

Francis, je reste persuadé que Guillaume nous mettrait encore plus minable avec un vélo « cyclosportif ». Personnellement, j’ai été le premier surpris par l’écart entre mes deux montures car je ne m’attendais pas à un tel fossé, si palpable pour l’amateur moyen que je suis !

C’est un constat très factuel me concernant. J’ai toujours la même niaque sur le vélo mais c’est clair et net que mes performances diffèrent selon la monture que j’ai. Je respecte les avis de chacun mais je ne trouve pas d’autres explications à ma place différente dans le Gr1 alors que la seule chose qui change est la monture. : Mon envie est identique, ma forme à une semaine d’écart n’a pas variée, le groupe et son rythme est le même, les profils des sorties sont identiques…

Je ne peux pas imaginer que seul l’aspect psychologique (qui existe certes) puisse apporter une telle différence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.